Frédérique Tristant

Alice au pays du Livestyle

Plasticienne artiste contemporain, Frédérique Tristant revisite le conte Alice au pays des merveilles en imaginant des objets et des processus de conception qui révèlent les vertus de l’usure. Quand le temps était conté… Nous pourrions presque parlé d’un état figé des objets et de la peinture, une sorte d’arrêt sur image qui contracte la matière.

L’artiste crée une tension entre le figé pictural et l’intensité des couleurs. Alice s’écrie : « Etais-je bien moi en me levant ce matin ? Je devais être un peu différente. »

Frédérique Tristant a transformé sa cuisine en atelier. Elle malaxe, mélange et mixe une sorte de pâte à papier faîte à base de papier crépon, d’eau et de colle. C’est comme si elle prolongeait l’acte de cuisiner. L’artiste peint via le papier crépon par recouvrement et/ou par empreinte. En séchant, le papier crépon se rétracte et se craquèle en changeant sa couleur initiale pour former une croûte rugueuse jouant sur les nuances. Le papier crépon, habituellement à l’usage des enfants pour réaliser des fleurs ou des guirlandes, lui permet d’aborder la question sensible de la nature morte où le simple vêtement évoque le bibelot.


Epatant ! Enfin des couleurs ! L'art de Frédérique Tristant a de quoi nous mettre de bonne humeur ; voire nous requinquer.

Face à un monde assombri de gris et de noir, la créatrice nous promène et nous propulse dans son univers multicolore.

Est-elle, elle-même, cette Alice aux pays des merveilles qu'elle projette d'une œuvre à l’autre ?
En tout cas, une Alice au pays des vermeils, cobalts, verts divers, orangés ensoleillés et rouges vifs.

Etranges tableaux que l'on peut accrocher aux porte-manteaux puisqu'ils sont parfois montés sur cintres et même un peu cintrés. Des objets habillés de papier crépon crépitent d'une vie qu'ils allaient perdre sans cela. Prolongation, re-vie, revue de robes, de sacs, de tongs, de tout. Le temps s'arrête dans l'instant. Et les natures mortes ne le sont pas. D'ailleurs, les Anglais disent "still lifes". C'est ce que fait Frédérique Tristant, poétiquement : des "encore vivants". Epatant.

Daniel Vignat
08.09.2015

Oeuvres

Adresse & Contact

Galerie Lélia Mordoch

17, rue des Grands-Augustins - 75006 Paris

Métro Odéon - Ligne 4, 10

La galerie est ouverte du mardi au samedi de 13h à 19h

Contacter l'artiste ?